la grille d’Arrabia is realized online (Bassim El Hour

Bassim El Hour.

After they were launched in 2005, the “Arrabia” chain is passing by several stages, it is cherchant an image lui conférant an identity that can be distinguished and met in exerting the efforts assidus of their restreinte team, more pleine d’ambition et de volonté. Bassim El Hour, un des piliers de cette petite équipe, nous parle, dans cet entretien, de la nouvelle programming de la chaîne, réalisée spécialement pour le mois sacré. Sachant que ce journaliste et producer de programs a, à son actif, une serie d’émissions, notamment «Aâlam Al Maghrib» qu’il a réalisée avec des personnalités ayant marqué la scène culturelle et politique marocaine, suite à laquelle il avait fait la “Bladi” documentary series on tourist and ecological sites. Pour ce mois de Ramadan, il finalise un special documentary sur feu Driss El Khour

Le Matin : La Chaîne «Arrabia» is donné a nouveau look en ce mois sacré. Parlez-nous un peu de cette programmation que vous avez consacrée au Ramadan?
Bassim El Hour
: Pour ce mois du Ramadan, et surtout après ce retour progressif à la normale, nous avons decided to meet the public Marocain avec une touche spéciale. C’est la première fois, peut-être, que nous nous concentrons davantage sur la grille ramadanesque et nous saisissons cette occasion pour nous distinguish.

Est-ce dans un but de compétitivité?
Pour une Chaîne thématique et culturelle, on ne peut pas parler de compétitivité avec d’autres chaînes qui sont généralistes. Notre défi était de réaliser des émissions exceptionnelles que accompagnent les orientations culturalles et cognitives sur lesquelles travaille la Chaîne tout au long de l’année.
Donc, il ya des émissions permanent que ont été conçues avec des thématiques en harmonie avec le Ramadan. In plus d’other unpublished programs réalisés réalisés spécialement pour ce mois, at the urging of the documentary that nous sommes en train de finaliser sur la regretté journaliste et écrivain Driss El Khouri. It is already a separate program entitled “Des noms dans la mémoire” sous form de rencontres avec des intellectuels, des académiciens, des créateurs… puis “Le temps de la culture” qui est le nouveau-né de la Chaîne, entre autres.

What can we tell you about the staff of the Chaîne «Arrabia»?
Il faut d’abord souligner que all ces programs sont réalisés avec le staff restreint de la Chaîne et avec des moyens modestes. C’est ce qui distinguishes «Arrabia» dans cette grille ramadanesque. Car, cette Chaîne n’a pas de productions externes. Tout se fait avec les compétences internes. C’était le défi que nous avons réussi à relieve et le succès revent au staff d’«Arrabia» et son directeur Abdessamad Benchrif.
C’est une équipe pratiquement jeune, très ambitieuse et qui a beaucoup de volonté pour faire advancer les choses. Peut-être que la Chaîne «Arrabia» was the first school for the professionnelle practice of the majority of members of the cette équipe, after its creation in 2005. Il faut dire qu’actuellement, ils sont devenus de vrais professionnels dans les différentes spécialités of the profession.

What is it that stops and empêche «Arrabia» d’avancer avec le même rythme que d’autres chaînes étrangères de même spécialité?
Il faut rappeler that the thematic chains are different from the general chains on the plan of the programming and the possibilities, because on the plan of the mode of management and of work, as well as the routing of work. Sur le plan des telespectateurs cibles, il ya aussi une différence. The chain generalist cible tous les publics de tous les age et toutes les catégories; alors que la chaîne thématique a public well spécifique qu’elle doit satisfaire avec des spéciaux programmes. Ainsi, c’est la thématique sur laquelle elle travaille qui définit l’interaction. Sachant who published him a chain with “Arrabia” is three limits. Sans oublier que, malheureusement, notre réalité culturelle montre l’absence d’une politique culturelle claire dans ce sens, spoiled the dynamique that connaît ce secteur. Donc, «Arrabia» remains the look of cette réalité that knows the scene of Marocaine. Well sûr, il ya des contraintes et des obstacles, comme le manque de moyens et de ressources humaines pour cover all cultural activities and touch all the axes of cultural interest. Car, la Chaîne s’ouvre sur tout ce qui a trait aux connaissances culturelles, comme l’histoire, la civilization, la recherche scientifique, l’environnement, les horizons d’emploi chez les jeunes, entre autres.
Donc, après les étapes anterieures par lesquelles est passée «Arrabia», she sees herself currently as a chain who can touch a large public culture, through documentaries, magazines… She needs important human and financial resources.

Sur quels critères rests the concept of chaque émission? And at-il une étude préliminaire ?
D’abord, il ya un cahier des charges, dont us devons tenir compte dans les émissions, me si ce document a besoin d’être revu et reconsideré. On the contrary, il already certaines choses dans ce cahier des charges qui sont en harmonie avec notre réalité et notre travail sur la culture. Donc, le choix des programs is true to the aspirations of the public, since it is already a preliminary study or a sens professionnel chez chaque producteur dans la Chaîne, which constitutes a motivation pour le choix du sujet adéquat. That ce soit pour les émissions spécifiques ou permanent cells et même l’heure de diffusion.
Il ya, aussi, les cultural activités de toutes sortes comme les festivals, les salons, les occasions comme celle du Ramadan, des fêtes ou autres, qui nous contraignent à prendre des sujets bien précis. Sans oublier que nous devons travailler en harmonie avec notre environnement, constituted us individual or institutional cultural acteurs, plus des persons qui s’engagent dans l’action culturelle de manière militante. Ce sont ces limits qui poussent au choix des subjects in accordance with the moyens de la chaîne et avec le cahier des charges en exigences raisonnables et logical.

Et pour le taux d’audience de cette chaîne?
Il est difficile de parler de l’audience. Car, ce n’est pas l’objectif de la chaîne. Ce qui nous intéresse n’est pas le nombre du public, mais son interaction avec ce nous présentons. The public is constituted by a party behaving in different social categories, and by a specific public who is the intellectual elite. Le but est de combler le fossé entre l’acteur culturel et le large public.

**************

The programs
Le magazine «MaâaTaroub» by Taroub Al Bayati, «Ya Mouja Ghanni» by Dalal Seddiki, «Atlas Al Maghrib» by Hamid Marjani, «Al Bahit» by Younes Bettioui, «Al Moubdioun» by Alaeddine Al Watani, «Al Matahif» by Jalila Al Hadfaoui, “Ecologica” by Laila El Kharouaa, “Marrou min Houna” by Yasmine Derhourhi, “Asmae Fi Dakira” by Fatima Yahdi, “Al Hadra Alik” by Imane Kada.

.



Source link

Leave a Comment