les points chauds à surveiller

The 2021-2022 agricultural season is threatened by drought.

Growth of the commercial deficit suite au renchérissement des importations, hausse de l’inflation, notamment la component imported et par les coûts, rétrécissement des conditions de financement du Trésor à l’international et augmentation des charges de compensation. Le Maroc fait face à une conjoncture difficile accentuée par une année de forte sécheresse. CDG Capital Insight book a new analysis of macro-economic perspectives pour cette année.

After a year 2021 marked by the important repercussions of the pandemic on public politics, the disturbances of chains of values ​​and the hausse des prix des matières premieres et énergétiques, the year 2022 debuted avec des évolutions globales de forte ampleur. A finding confirmed by the analysts of CDG Insight in a new analysis on the macro-economic perspectives for the year 2022.

«Dans ce contexte volatil et tendu, l’économie nationale entame une année incertaine marquée por la détérioration des jumeaux deficits et de level de endettement, une agricole saison 2021-2022 menacée por la sécheresse et la forte hausse des prix des matières premières et energetics. Cette hausse des prix, dont le potentiel unpredictable demeure, a été exacerbated by the déclenchement de la guerre Russie/Ukraine. Ses répercussions devront être surveillées compte tenu du poids de l’Ukraine et de la Russie dans le march de denrées alimentarires et de l’énergie, mais aussi dans le marché des métaux rares que représentent des intrants importants pour les composants électroniques», relevant to them auteurs de l’étude.

For le Maroc donc, l’impact est inéluctable : creusement du suite trade deficit au renchérissement des importations, hausse de l’inflation, notamment la component imported et par les coûts et rétrécissement des conditions de financement du Trésor à l’international et augmentation des compensation charges.

In evidence, the croissance économique du Royaume will raise the double effet of the hausse des prix à l’international et d’une campagne agricole prévue en dessous de la moyenne décennale. «Après une forte croissance enregistrée en 2021, l’année 2022 devrait connaître un fort lalentissement en dessous du seuil de 3% sous le double effet d’une très faible pluviométrie ce qui laisse présager une production céréalière en dessous de 40 million quintals. Il s’agit également d’un recul de la croissance non agricole compte tenu de la dissipación de l’effet de base de la crise Covid-19, notamment l’erosion des margins du secteur secondaire en résultat de la hausse des prix des matières premières (and buy demi-produits) et énergétiques et le faible redressement de certains secteurs tertiaires, particulièrement le tourisme et le transport”, decryptent les analystes de CDG Insight.

Masse monétaire de plus en plus liquide dans un contexte de taux baissier

Selon le document, la masse monétaire en circulation, recensée par l’agrégat M3, a strong increase au cours de l’année 2020 avec un quasi doublement de son rythme de croissance, lequel es passé à 8% contre seulement 5% enregistré au cours Des cinq dernières années d’avant la crise. In percentage of GDP, the level of the mass of money is going from 119% in 2019 to 136% in 2020 before falling to 133% in 2021 suite to a strong reprise of the nominal croissance. The increase in the poids of the M3 aggregate comparatively to GDP (M3/GDP) is strongly increasing in the course of the deux dernières années, as it pours out one source of monetary inflation in recent years. «The forte hausse de la masse monétaire conjuguée à l’accroissement de sa liquidité pourrait générer plusieurs zones de risque. Notamment des ressources bancaires, rather than moins chers, de plus en plus liquides. Cette situation pourrait générer un risque bilanciel pour les banques compte tenu de la préponderance des engagements à moyen et long terme, notamment en prêts immobiliers» est-il précisé.

Outre, the strong house of fiduciary circulation, particularly in 2020 with +50 million DH compared to a million of 17 million registered during the period 2015-2019, represents a source of accroisement of the informal sector and of the march of parallel change. «The progression of the mass of monétaire in circulation à un niveau supérieur à la croissance nominale du GDP pourrait représenter une source d’inflation, de type monétaire, à moyen et long terme. La hausse soutenue de la masse monétaire et l’accroissement de sa liquidité représente un risque à surveiller au cours des prochaines années”, souligne CDG Insight.

.



Source link

Leave a Comment