Pas de scénario pessimiste pour l’économie marocaine in 2022

Dans l’absolu, le Maroc court peu de risques de replonger dans de nouvelles contraintes sanitaires drastiques. 2022 s’annonce donc sans réel danger pour les secteurs qui ont tenu le coup jusqu’ici. Pour les autres, qui ont été frappés de plein fouet par la crise, comme le tourisme, il devient plus que jamais urgent d’agir et de mettre sur la table des radical solutions. By default, the professionnels de ce secteur menacent de fermer boutique et de licencier jusqu’à 80% of leur personnel en CDI.

What prospects for the Moroccan economy in 2022? Le Maroc fait face à deux scénarii économiques possibles. “The first, noir, most plausible, is the cell of the arrival of a new wave of contaminations to the Covid”, indicates Yasser Tamsamani, economist and university professor who intervened, jeudi 13 January à Casablanca, lors d’une rencontre on the theme «Entreprendre en 2022 : regards croisés», organized by the Association for the progress of directors (APD). Avec les contraintes sanitaires cela imposes, l’économie marocaine aurait du mal à surmonter les effets d’une telle vague. pourquoi? The première raison, souligne cet économiste, est qu’il serait difficile de mobiliser les travailleurs de première et deuxième ligne dont les efforts lors de la première vague n’ont pas été valorisés. “Comment les mobiliser alors qu’ils ont souffert d’une totale ingratitude”, Tamsamani questions. The deuxième raison advanced by the intervener is that “les prêts programs guarantis mis en place n’ont pas été suivis par des évaluations de ces dispositifs pour rectifier, si besoin, le tir. On ne sait donc pas si ces initiatives ont eu l’effet souhaité».

Le deuxième dans lequel pourrait se retrouver le Maroc, more plausible, es celui de l’absence d’une nouvelle vague de contaminations étendue et, par conséquent, l’abandon des sanitaires restrictions. Dans ce scénario, les analystes qui s’intéressent aux perspectives 2022 et 2023 dans le monde craignent 3 choses, selon Tamsamani. Firstly, the lasting inflation that entails the claims for wage increases that are translated by inflation. «Nous sommes loin d’avoir cette éventualité au Maroc», scratch d’emblée l’invité de la rencontre. Deuxièmement, the risk of return of the budget policy that induces an augmentation of the taux d’intérêt, mettant à genoux les économies émergentes. Troisièmement, l’horizon au terme duquel les ménages vont déblocker leur épargne qu’ils ont accumulée pendant la crise. Et justement au Maroc, les ménages ont souffert de la crise et leur épargne a été impactée.

La tendance au Maroc est à l’opposé de ce qui se passe ailleurs

In fact, souligne cet économiste, the trend observed in Morocco is the opposite of what is happening in Europe et aux États-Unis. Dans ces régions, l’endettement des ménages et des entreprises a baissé in 2020. Et pour cause, lorsqu’il already crise économique, les entreprises commencent à désendetter in order to s’endette et se préparer à la reprise. «Le gros du coût de la dette de la crise en France, par exemple, a été supportedé par l’État. The public debt increased between 13 and 15 points of GDP in 2020 against 10 points of GDP in Morocco. Ce qui veut I will say that le Maroc n’est pas assez intervened in the crisis. Par ailleurs, le taux d’épargne en Europe et aux États-Unis a augmenté pendant la crise”, relieves Tamsamani. Au Maroc, c’est une autre histoire.

D’abord, «nous avons verified une décélération de l’endettement des ménages et des entreprises, mais le stock dettes a continé à augmenter. Le poids de la dette sur le GDP a donc augmenté, puisque ce dernier a baissé in parallel du fait de la crise. Cela veut dire que les ménages et les entreprises retrouvent dans une affaiblie situation. Le taux d’épargne, lui, a baissé, car, en gros, pour faire face à la crise, les agents économiques (ménages et entreprises) ont dû soit s’endetter soit puiser dans leur épargne».
Another point of divergence avec les économies d’Europe et des États-Unis, les créances en souffrance et le nombre d’entreprises que ont fait faillite ont tous les deux baissé. Il ya deux fois moins de faillites d’entreprises en France, par exemple, dan la crise que l’année qui a précédé. Au Maroc, c’est tout l’inverse qui s’est produit : +14% de créances en souffrance sans parler des faillites. Donc, le Maroc tackles l’année économique avec des agents économiques en difficulté”, explains Tamsamani.

Tourisme, des radical solutions s’imposent

Dans le tourisme, l’optimisme est également de mise. «Nous abordons 2022 avec beaucoup d’espoir. Nous pensons que vers la mi-février, à l’occasion de la Saint-Valentin, les frontières avec certains pays, au cas par cas, vont être ouvertes de nouveau et, peut-être, en mars, les frontières vont être definitely ouvertes puisque la courbe Omicron aura baissé. We think that the reprise will not be possible in April-May. C’est le meilleur scénario et qui va, tout de même, mettre 40% des transport touristique companies, mainly des TPE, en faillite», indicates Othman Cherif Alami, president of the CRT Casablanca-Settat.

Les professionnels menacent de fermer leurs hôtels et de licencier 80% of leurs personnels in CDI

Il faut dire that the situation is catastrophic for the sector. That 20% of hotels, auberges and Riads dans des villes comme Marrakech et Fès sont déjà fermés. Il ya aussi de grands hôtels que ont massivemente investi dans les années 2017, 2018 et 2019, et que ont des remboursements annuels à honorer de 50 à 60 million DH. Ceux qui n’ont pas obtainu de reports d’échéances de leurs banques sont en train de chercher des repreneurs pour éviter la faillite. In attendance, souligne Alami, in Marrakech, for example, 75 to 80% of the hotels are fermés. The situation is telling that, and this is the first time, the industries of Marrakech have sent a letter to the federation of the hotel industry warning that if they are not yet visible before the end of January, they will be obliged de fermer leurs établissements jusqu’à fin avril et de licencier 80% du personnel permanent que dispose de CDI. A social crisis is announcing all levels!
Le lobby du secteur, lui, comb à décrocher des avantages pour sauver le Tourisme, mais réussit tout de même de temps à autre de petites avancées. It is also that the professionnels du transport touristique terrestrial obtained from the Commission des finances, with the agreement of the commission des impôts, Bank Al-Maghrib, du Trésor, de payer toutes les taxes dues pour 2020, 2021 et 2022 sans pénalité et sans recours à la justice à condition de payer le principal dû, au latest, le 31 decembre 2022. «Le problème c’est que l’activité est toujours à l’arrêt en ce début de 2022», souligne le Patron du CRT of Casablanca-Settat.

To overcome the crisis, Alami proposes radical solutions. «Ouvrez les frontières et nous sommes prêts, as professionnels du tourisme, à accueillir des succursales de laboratoires dans nos établissements hôteliers pour faire les tests rapidement ! Nous sommes aussi disposés à mettre à la disposition de l’ONDA, à titre gracieux, une vingtaine d’employés, pour aider à accueillir, chaque jour, les touristes à l’aéroport et les accompagner, dans plusieurs langues étrangères, pour effectuer leur dépistage”, lance-t-il. For ailleurs, the employer of the CRT of Casablanca-Settat proposes to return to the base the objective of tourists to the horizon 2025: 15 million instead of 20. In return, he recommends faire augmenter from 630 to 850 dollars the expenses tourist couple “At the level of expenses, the industry generates an annual affairs tax of 120 million DH”, explains Alami, a similar level at the ceux des transferts MRE (Marocains résidant à l’étranger) et des exportations automobiles combined.

Pour sa part, Ali Oukacha, PDG Alia Pêche, affirm that le Maroc peut mieux faire, à condition d’avoir un projet de société d’abord. «On the impression that it is already a development and an economic machine that turns more than a malaise. La courroie de distribution que doit impacter le chef d’entreprise, grince un peu”, partage-t-il. The solution, selon ce patron, «la preservation des acquis. Pour chaque segment de l’économie, il faut voir dans quelle mesure il est possible de le protéger». Decentralize investment, try to involve local authorities and developers in sectors that need to develop urgently, limit reporting and implicate all actors in the decision-making processes that are autant of conditions to be met for an economic recovery perennial.

.



Source link

Leave a Comment