la grande évolution de l’écriture des des femmes en débat

Conférence sur les femmes écrivaines au Siel. Ph. Kartouch

«Femmes écrivaines: quelle évolution, quels subjects aboardés, quel avenir?» This is the theme discussed by a panel of three women, Bahaa Trabelsi, Fawzia Talout Meknassi and Nora Boukaftane, with the moderation of Aïcha Belarbi. A three important subject that put in evidence the role of the female writer and its impact on society, even if the evolutions that continue in Morocco.

Au 27e SIEL, on peut verify the remarkable presence of ecrits de femmes dans all littéraires genres: le roman, la poésie, l’essai et autres. Aïcha Belarbi, presenting the animated panel by three female writers, Bahaa Trabelsi, Fawzia Talout Meknassi and Nora Boukaftane, souligne that our société foisonne de contradictions et de centers d’intérêt. She also encourages women to be met by writing, assisted and coached by confirmed writing women. Car chacune a potentiel extraordinaire qu’elle peut développer et partager avec les autres. Kateb Yassine avait dit qu ‘«une femme qui écrit vaut son pesont de poudre», dans le sens où son écriture de la retentit, éclabousse l’assistance et bouleverse l’ordre social. Selon Belarbi, «Les femmes ont toujours écrit leur vie, car elles aiment les mots et les paroles, se racontent et créent des histoires. C’est leur façon de séduire et de se venger.

On ne peut évoquer ce sujet sans parler de feu Fatéma Mernissi et al tout ce qu’elle a consenti comme efforts, à travers de ateliers qu’elle avait organisés pour inciter les femmes à écrire. Sans oublier que le mouvement féministe a contribué à développer cette écriture de femmes, in addressing divers subjects et problematiques”, indicates Belarbi, who remarked that the fiber féministe est moins forte chez les hommes. Ce qui différencie, en quelque sorte, l’écriture des deux sexes, selon elle. In prenant la parole, l’écrivaine Bahaa Trabelsi a précisé que l’écriture des femmes (et non écriture féminine que est un terme totally désuet), aujourd’hui, n’est pas que romanesque. More, if on devait forcément la cataloguer, on dirait qu’à a moment donné on a dit écriture féminine, puis féministe et universelle.

«When I began to write dans les années 1990, on our matraqués avec l’appellation d’écriture féminine. Aujourd’hui, dans le monde, ce terme quelque chose de pejoratif. Car on parle d’écriture pseudo-romantique, sachant que le romantisme est un courant littéraire et artistique. Après, on a l’écriture féministe que trouve toute sa légitimité et s’incarne dans un cadre à la fois historique et socio-politique, cherchant des textes littéraires, des essais, des romans, mettant en avant les droits des femmes, les droits à l’égalité ou la parité. She is at the fois of femmes et d’hommes. Puis il ya l’écriture universelle que transcende le genre et n’a pas de sexe.

C’est d’ailleurs celle de l’humain que tout le monde resendique et qui adresses toutes les grandes thématiques universelles de l’humanité». Concerning the fact of his self-proclaimed writer, Trabelsi said that a writer is quelqu’un qui, au cours de son expérience littéraire, a gagné des gallons. «Mais pour qu’on puisse qu’on puisse qu’on écrivain, cela suppose that nous ayons un cadre fait de critiques littéraires, de professionnels de la littérature que peuvent qu’est un écrivain ou pas. In attendant cella, on peut parler d’auteurs». He also wanted to see a table around which he discussed other problems such as transgression, freedom, polygamy, heritage, love and other themes, along with a panel of debates and debates.

De son côté, la deuxième intervenante, Fouzia Talout Meknassi, femme de Médias connue dans le domaine associatif, a dit qu’en écrivant, elle essaye de transmettre des choses qu’elle vit au quotidien et que le sujet des femmes n’a pas été choisi deliberately. «Ce sujet de femmes est venu vers moi. D’ailleurs, dans le texte que j’écris actuellement, il ya aussi des femmes que racontent l’évolution de Casablanca. Ce qui rejoint un peu mon premier livre que raconte le vécu des femmes qui font de l’artisanat. Je ne fais que raconter ce qu’elles dissent me. Et j’estime que toute femme devrait écrire et raconter ce qu’elle vit ou ce qu’elle voit. Il faut aussi savoir qu’en plus des trois catégories qu’ella evoquées Bahaa, il ya la femme qui a écrit le roman, comme Khnata Bennouna au début des années 1950».

For ailleurs, the university professor Nora Boukaftane, who has written an ouvrage on the writings of pioneering women, through the esprit critique of the years 1960, the search for identity, the lutte against social obscurantisme and politics, the support of peuple palestinien et les débats sur les idees et libertés. She specified that cette production remains characterized by the tendency to aller vers des thèmes en rapport avec la condition de la femme et de l’enfant. «Cette littérature, qui a eu du mal à émerger, est apparue dans a social, politique et économique context marked by change and uncertainty.

Le Maroc nouveau est en train de naître et le Maroc traditionnel manifeste sa résistance à ce changement. On peut citer, comme exemple, la question du voile et du travail de la femme que ont aroused des virulent discussions between le modernisme et les tenants du conservatism. Le récit féminin est né d’une sociale dans une situation particular et spécifique. Ce qui a indéniably impacté le choix des thèmes et des personnages, à travers une écriture libérée et sans tabous que abordes multiple subjects”, concluded Nora Boukaftane, dont l’exposé a montré que si les femmes écrivaines ont été un phenomène exceptionnel par le passé au Maroc, aujourd’hui le domaine de l’écriture des femmes connaît une grande évolution.

.



Source link

Leave a Comment