“The town spirituelle possède toutes les opportunités”

Toujours fidèle à sa devise que est l’ouverture et le dialogue avec l’autre, le Festival de Fès des musiques sacrées du monde a, encore une fois, gagné par avec sa grandiose soirée d’ouverture, chaired by Altesse Royale la Princess Lalla Hasnaa.

A grand challenge reported suite à deux années d’absence, caused by the Covid-19 pandemic. Mais, le succès était au rendez-vous, à travers les beaux tableaux offers par des artistses de grans talents venus d’Inde, d’Iran, du Tibet, d’Espagne et du Maroc. Puis, les fusions de haut niveau between Maziy ar Ghasemi d’Iran et le grand choeur Sama de Fès directed by Nouredine Tahiri du Maroc, between Lobsang Chonzor, barde de l’Himalaya (chant et luth dranyen du Tibet), Aziz Erradi (chant et guembri avec l’ensemble Gnawa) et Amine Tewfik du Maroc et autres. Of beautiful surprises who enchanted the public present grace at the magnificent brassage of civilizations and cultures, accompanied by a wonderful projection in mapping.

A reprise of bon augure pour la ville de Fès, puisqu’elle apporte avec elle a belle programmation et un nouveau souffle aussi original que découle de la thématique choisie portant sur «L’architecture et le sacré» et le président du Festival, Abderrafia Zouitene, qualified for renewal and return to life. «Le festival renoue avec la ville de Fès et c’est une occasion pour renouer avec les festivaliers que ont apprécié le spectacle que a montré les différents lieux emblématiques du rapport de l’Homme avec le divin. Notre pays incarnates well through many monuments, like the great mosque Hassan II, the Qaraouiyine, and other lieux of the culte of other religions who keep the spirit of tolerance and dialogue of cultures and religions that notre countries symbolize».

The president of the Festival n’a pas manqué de souligner que cet événement a, aussi, des retombées économiques positives sur la ville de Fès avec plus d’arrivées dans les hôtels et restaurants, la vente de produits d’artisanat… «Tout cela contributes to creating a dynamism and an acceleration at the level of the economic activity of Fès. C’est par la culture que la ville de Fès pourra être relancée sur le plan de l’activité économique».

An idea shared by the Minister of Youth, Culture and Communication, Mehdi Bensaïd, who assured that Fès possède toutes plausible opporunités devant elle, so that it and ait advantage d’investissements dans la culture. «Donc, aujourd’hui il faut be congratulated for this genre of festival that has a uniquely national, more international portée. Il faut qu’il y ait une animation culturelle tout au long de l’année pour faire de Fès et d’autres villes du Maroc des plateformes culturelles qui vont supporter de l’investissement à leur population locale. Car, la culture c’est aussi de l’économie”, indicates Bensaïd.

To note that for illustrer, encore une fois, l’immense diversité des voix spirituelles à travers les civilisations, cette 26e édition a programmé des artistes venus de plus de 15 pays, avec des noms très célèbres comme les Roohani Sisters que se duisent pour la première fois à l’étranger et comptent parmi les greatest interpreters du soufisme indien, les Onikki Muqams d’Asie centrale, puis la création du pianist et compositeur Michaël Levinas accompanied by soprano Marion Grange, autour des poèmes de Paul Celan, issues de They are an oratorio «La Passion selon Marc» et d’autres pièces de création inspired by the Kaddish of the Hebraic tradition. Also, the fusion between the oriental jazz of the trumpet player Ibrahim Maalouf and the Balkan music of the three cosmopolitan Haïdouti Orkestar pour rendre hommage à la dimension à la fois profane et sacrée de la fête. A superbe métissage of soufies musical cultures for the festival renewed avec son fidèle public.

.



Source link

Leave a Comment